Sid’amour

Paris 1968, Yves et Guy se rencontrent ; leur amour prend naissance dans le tumulte révolutionnaire, au cœur de l’irrépressible contestation créatrice contre le capitalisme, le patriarcat et contre les nombreuses normes qu’ils imposent. Leur amour se prolonge entre bouleversement de fin de siècle et l’inauguration du millénaire. L’espoir, l’optimisme et la vitalité de leur quotidien est soudainement frappé par l’apparition du Sida Contestation de l’ordre établi, amour, homosexualité, SIDA et révolution.
La petite histoire reflète-t-elle la grande histoire de l’idéal révolutionnaire ?

10255430_745641945487118_3962919043035928882_n

toutes les informations concernant sid’amour sont sur la page Facebook :
https://www.facebook.com/courtmetragesidamour/

 

 

Pourquoi et comment ? Après une rapide explication du cadre spatiotemporel : un monde contestataire, Paris, mai 68, le court-métrage se concentre directement sur la rencontre des deux personnages principaux Yves et Guy, dans une assemblée générale au théâtre de l’Odéon.

Ce court-métrage est une plongée dans cette période, à la lumière des évènements de ces derniers mois, de ces dernières années, en France qui ont été marqués par une recrudescence de la pensée réactionnaire et homophobe.

Le militantisme homosexuel s’est concentré sur des questions d’ordre institutionnel, le mariage notamment. La dualité entre « droit à la différence » et « droit à l’indifférence » des années 68 semble s’être estompée au profit de l’intégration, de l’hétéronormalisation, de ce que certains et certaines auraient pu appeler « singer le couple heteroflic ».

Il s’agit pour moi de faire appel à une recherche poussée, une réflexion sur les militants, ceux de mai 68, ceux du FHAR, les révolutionnaires. De nombreux récits bouleversants m’ont été généreusement racontés ; c’est à tous ces Yves et tous ces Guy que je veux rendre hommage. Le thème abordé ne se limite pas à la condition homosexuelle, mais cette fiction se veut représentative plus largement des histoires d’amour (s) des histoires de mort (s), des histoires de famille (s), et plus largement de l’Histoire tout court.

 

 Screen_Shot_2014-03-04_at_15.55.48

Mes trois personnages principaux sont Yves, Guy et l’Idéal révolutionnaire, qui est malmené, tracassé, violé, infecté, effacé. J’aborde également la question du deuil impossible, du désir de changer le cours du monde, du désir de l’autre, en somme des sentiments universels auxquels chacun peut, de différentes manières, s’identifier. Mon propos est également de dé-sanctuariser l’Histoire ( ! ). Elle est faite de nombreux hommes et femmes qui se cachent derrière les Marie-Antoinette, les De Gaulle ou même les Harvey Milk : l’Histoire est faite de gens parfaitement similaires aux spectateurs et spectatrices de ce court-métrage. D’où l’utilisation d’archives audiovisuelles, d’individus du commun des mortels.

Screen_Shot_2014-03-04_at_16.12.12

LE COUPLE :

Yves:

Yves est un jeune homme assez frêle, petit et énergique, il est un bon vivant, il boit, il chante, il rigole, il taquine, c’est un nerveux sympathique, il est attachant. Dans toutes les situations il est vivant, que ce soit dans la joie ou le malheur. C’est lui, qui, le premier, initie le rapprochement avec Guy. À l’annonce de la séropositivité de son compagnon, après une émotion et un choc compréhensibles il essaye quand même de dédramatiser, de rester en vie. La vie le durcit, il perd du souffle, le jeune homme enthousiaste et optimiste deviendra un homme mélancolique à qui la vie n’a pas fait beaucoup de cadeaux et il le sait, c’est un papillon dont la métamorphose serait inversée.

Guy:

Guy est le premier des deux protagonistes que le spectateur rencontre. La première et la plupart de ses prises de parole sont des interventions politiques. C’est un théoricien, il a lu tout Marx, tout Lenine, il sait tout sur tout et il le montre. Il a des poussées paternalistes, mais il fait des efforts, il gagne en vitalité de sa relation avec Yves, ce qui atténue le côté intello prétentieux. On le découvre un peu frimeur au début, grand, beau, sûr de lui en public, mais on se rend vite compte que cette coquille impersonnelle cache quelqu’un d’attachant et convaincu.

 

LES ACTEURS :

GUY: Gaspard Legendre

YVES: Bertrand Chamerois

SALOMÉ: Anahit Makhmuryan

Dr DUCOMPTE: François Gallois-Montbrun

FRANCOISE: Michelle Le Cair

OLIVIER: Baptiste Nénert

Screen_Shot_2014-03-05_at_17.17.23

Il me tient à cœur de raconter cette histoire, qui m’a permis de tracer des liens entre le militantisme homosexuel, le féminisme, le militantisme en général, les divergences, les espoirs, les désillusions. Les chemins sinueux. Regroupant en une seule, les histoires que j’ai recueillies, je partage mon bouleversement à travers ces deux héros. J’ai pris beaucoup de plaisir à écrire ce scénario d’un point de vue technique également, en jonglant entre images d’archives et images narratives jouées et de recréer des scènes typiques de discussions politiques influencées par Godard entrecoupées d’images documentaires de mai 68 notamment. Le rythme du récit sera accompagné et impulsé par la musique, qui en plus d’illustrer les périodes données, accompagnera la cadence saccadée et effrénée du montage. Il était primordial que mon premier court-métrage narratif et la dernière production universitaire qui, je l’espère, me permettra de décrocher le fameux « Degree » me ressemble.

Screen_Shot_2014-03-05_at_17.21.13

LA BANDE ORIGINALE :

Nous avons deux compositeurs pour ce projet : Le groupe LEJ qui travaille sur une nouvelle version de la chanson Sid’amour a mort de Barbara, Lucie, Élisa et Juliette ont déjà eu le droit à un article dans le magasine Madmoizelle  en janvier dernier et elles apporteront un peu de fraicheur à ce court métrage.

Jerome LOL, artiste électro de Los Angeles participe également à la BO avec son « Tell U » pour une jolie scènede dé-dramatisation, de vie, de bonheur.

et Chapelier fou & Gerald kurdian avec Vessel arches:

Screen_Shot_2014-03-05_at_17.24.28

Le projet a été possible grâce a l’aide de nombreuses personnes qui ont financés le court-métrage http://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/sid-amour-court-metrage

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s